Elefantentreffen 2004

 

Jeudi - 29 janvier

E_besancon
Besançon
Description (522x800, 176KB) - 29 janvier 2004
Eh bien dis donc, on est tous levés tôt! Vraiment tôt. Ceci dit... il y a encore plus de neige. Beaucoup plus de neige. Je ne vois pas comment j'arriverai à faire descendre la grosse pente du chemin à ma moto. Et même si je pouvais, ça ne servirait strictement à rien puisque la moto de Pascal ne marche pas et en plus, Besançon est complètement enneigée. C'est bien de savoir que la Grande Bretagne n'est pas le seul pays qui n'arrive pas à faire face à la neige. Il faut quand-même pourtant admettre: il y a vraiment un sacré paquet de neige.

E_hill_bikes
Besançon
Description (800x541, 172KB) - 29 janvier 2004
A 12h45, Pascal a fini de travailler à sa moto. Il a identifié l'émulsion qui a étouffé ses carburateurs et a trouvé une solution. Pendant ce temps-là, la ville s'organise et les routes sont (presque) déblayées. J'ai aussi beaucoup baissé la pression de mes pneus. Je ne peux penser à rien d'autre qui me facilitera la route. Ca fait deux heures que je creuse une tranchée pour descendre le chemin jusqu'à la route en bas.

 

2A
Into Germany...
Description (1000x641, 382KB) - 29 janvier 2004

E_willitwork
Will it work?
Description (800x508, 179KB) - 29 janvier 2004
En ce qui me concerne, dès que je suis en bas, je rentre chez moi. Mais Pascal, que Dieu le bénisse, ne voit aucun problème, et une fois qu'on est arrivés en bas et qu'on a repris de l'essence, on pourra faire route vers l'Allemagne. Encore une fois, il n'y a pas de limite à la disponibilité du cousin de Pascal qui nous accompagne en ville avec nos bagages dans sa voiture. On s'arrête pour prendre de l'essence, charger les motos et dire au revoir. Même si on n'arrive pas jusqu'au Rallye, le voyage en valait la peine puisque j'ai rencontré Gérard et Andi.

 

 

 

2B
Up the Autobahn
Description (453x881, 369KB) - 29 janvier 2004

Je ne sais pas ce qui nous a pris, mais nous nous mettons d'accord pour quand-même faire les 800 kms qu'on avait prévu de faire en partant très tôt. Il fait terriblement froid et le temps est enneigé. Les camions font peur. En fait, ils font TRES peur. Mais encore, ça va à peu près bien sur les autobahns à une bonne vitesse jusqu'à ce que je me perde dans la traversée de Nuremburg et je sente que la fatigue s'installe. Ce n'est pas bon signe. On s'arrête de plus en plus souvent et on est pas mal fatigués tous les deux. Il est possible que ce ne soit pas très sage de pousser jusqu'au Deggendorf, mais j'ai réservé une chambre et je refuse de perdre les arrhes que j'ai versées.

 

2C
Eastwards, ever eastwards
Description (1000x138, 265KB) - 29 janvier 2004

Beaucoup, beaucoup plus tard, sur la A3 à Straubing, je perds Pascal dans mes rétroviseurs, Après avoir attendu à la sortie de Deggendorf pendant 45 minutes, comme j'ai trop froid pour attendre plus longtemps, je me rends à l'hôtel. Au moins il sait où il peut me contacter. Deggendorf est bien enneigée et je me sens en danger sur ma moto. Je trouve facilement l'hôtel (j'adore mon GPS!) et ils attendaient mon arrivée (plutôt la nôtre – mais pour le moment, il n'y a que moi). Bonté divine... il est où ?

 

2D
into Deggendorf
Description (1000x516, 394KB) - 29 janvier 2004

A 11h30, le téléphone sonne. C'est Pascal. En fait, ce qui est arrivé, c'est que 8 kms avant la sortie, la neige et la glace se sont vraiment mis à tomber et tandis que moi, je suis passÉ en force, Pascal n'a pas pu et a fait une glissade pendant environ 200 mètres. Je ne comprendrai jamais comment il a évité de se trouver coincé en dessous d'un camion. Au bout d'un moment, sa glissade a pris fin – et après un moment encore un peu plus long, la Polizei s'est pointée; et ils ont arrangé les choses pour qu'un camion ramène Pascal à l'hôtel. Miraculeusement, Pascal n'avait aucune blessure. Sa moto a quelques rayures profondes (il aura besoin de remplacer le carénage – il doit rester un millimètre de métal) mais n'a perdu que le pare-brise. Heureusement, l'hôtel possède un parking souterrain et c'est là qu'ils ont fourré la moto qui est complètement grippée et fichue.

Pascal est complètement indemne. Il n'est ni secoué ni choqué. En dépit du fait qu'il est une heure du matin, il a faim (comme je ne cesse de répéter, il est français). Alors nous voilà partis chercher un café encore ouvert . . . et il en trouve un! Mais comment ils font, ces français?

Il semblerait que la meilleure solution soit que Pascal amène sa moto dans un garage et qu'il rentre en train . . . et que moi, je rentre chez moi dès que possible. J'ai bien eu ma dose d'aventure. Mais pour l'instant, c'est un lit d'hôtel bien confortable qui m'intéresse en pensant au bon petit déjeuner bien chaud qui suivra le lendemain matin, suivi de mon retour à la maison, je suppose.

Plus...

 

 

110x104b William Parker
ZELTUS
Amended:- 25 août 2005
Review:- (whenever)
Best viewed at a resolution of 1024x768 or greater
Clicky Web Analytics