Lundi - 2 février

On pense que si on insiste un peu, on arrivera à rentrer ce soir plutôt que demain. Le soleil brille, il fait encore bien froid et les camions posent de nouveau problème. Pascal n'ira pas plus vite que la limitation de vitesse (et il a raison) et insiste qu'on s'arrête pour prendre un repas de midi style français, assis à une table et tout et tout, mais même, ça ne nous met pas en retard par rapport à nos prévisions.

Sans incident, on finit par arriver chez nous à 18h00. On est sale, mais on est vraiment content d'avoir réalisé notre aventure. Je pensais qu'on n'y arriverait jamais, alors la fierté d'avoir accompli quelque chose est intense. Ma moto n'avait que 2100 kms quand on est parti, et je viens d'en ajouter 2800.

Plus...